AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Vaccination, Dangers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rainbow
Administratrice


Nombre de messages : 143
Age : 46
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Vaccination, Dangers   Mar 13 Déc à 11:03

http://biogassendi.ifrance.com/vaccins.htm

Citation :
BCG
en faillite
Ainsi, partout où les conditions de vie s’améliorent, la tuberculose recule, même sans vaccin.
le BCG n'est d'ailleurs plus obligatoire qu'en France (et au Portugal), il est arrêté depuis 1972 en Allemagne et déconseillé par l'OMS depuis peu.
Pour ce qui est de son efficacité, le fait que la France soit le seul pays au monde a n'avoir pas répondu à l'OMS pour les luttes contre la Tuberculose en 2000, en dit long...
Désormais, l’inefficacité et la dangerosité du BCG sont patentes. Des epidemies de tuberculose apparaissent régulièrement dans des groupes de populations vaccinées.
le BCG peut être la cause directe ou indirecte de cas de tuberculose.
Les effets secondaires sont largement sous-estimés (problèmes respiratoires peut-être dus aux effets immunodépresseurs du vaccin chez des enfants dont les défenses immunitaires sont déjà faibles)
De plus, le BCG est responsable d'accidents graves tels qu'insuffisance rénale et infirmité motrice cérébrale. Selon le médecin suisse Jean Elmiger, il serait responsable d'une baisse du quotient intellectuel (QI).

GRIPPE
non obligatoire
Citation :
L’efficacité du vaccin apparaît limitée. Nombreux vaccinés attrapent quand même la grippe (>11% des cas, selon l’Américan Journal Medical (1990, n° 88). Le Guide des vaccinations estime que ces « grippes » sont dues à d’autres virus que celui de la grippe et que cela entraîne une sous-estimation de son efficacité réelle. Une fausse vérité qui oublie que, dans les études comparatives, une bonne partie des grippés non vaccinés sont eux aussi atteints d’autres virus contre lesquels le vaccin ne les aurait pas protégés. Le Réseau Sentinelles estime que, pendant l’hiver 1999-2000, seules 30 à 40 % des grippes étaient de vraies grippes (Le Quotidien du médecin, 17/2/00)...

TETANOS
Reserves
Citation :
D’un avis partagé même par de nombreux homéopathes, pourtant réservés ou opposés à d’autres vaccins,
le vaccin antitétanique est considéré comme le vaccin le plus efficace (90%) et le mieux toléré.
Pour autant cela ne signifie pas qu’il soit denué d’effets secondaires :
- Effets mineurs : gonflement, rougeur, sensibilité et nodule au site d'injection, fièvre,
- Effets graves possibles : tetanie, accidents neurologiques (nevrites, paralysies faciales), accidents anaphylactiques (réaction allergique soudaine et très grave) et rénaux.
En 1996, des médecins de Bordeaux signalaient un cas de periarterite noueuse, maladie auto-immune grave (Revue de médecine interne, 12/96)...

COQUELUCHE
Mal connue
Citation :
La coqueluche réapparait depuis le début des années 1990 chez des adultes vaccinés.
Officiellement considéré comme l’un des vaccins les plus efficaces, le Guide des vaccinations reconnaît que ce taux ne peut être mis en relation avec l’efficacité réelle du vaccin en cas d’épidémie, et cela pour 2 raisons : on ne connaît pas bien les mécanismes immunitaires de la coqueluche, on sait par contre que le taux d’anticorps décroît très vite...

DIPHTERIE
Stop
Citation :
On a enregistré à propos de ce vaccin, longtemps considéré comme anodin, des fortes réactions allergiques au point de recommander un vaccin à dose réduite en anatoxine pour les rappels. Une multiplication des réactions adverses aux vaccins ayant été constatée chez les militaires du contingent et attribuée à la composante diphtérie du vaccin diphterie- tetanos- polio (DTP), le Service de santé des Armées a décidé d’utiliser à son tour une dose réduite en anatoxine...
La diphtérie ayant disparu en France depuis 11 ans, le maintien de l’obligation vaccinale antidiphtérique chez tous les enfants n’est absolument pas justifié.
OREILLONS
effet inverse
Citation :
En 1993 et 1994, la France a donc continué à utiliser le vaccin souche « Urabe » et l’a remplacé depuis par l’autre vaccin, souche « Jeryl Lynn ». Résultat : les meningites post-vaccinales sont devenues aussi nombreuses en 1993 et plus nombreuses en 1994 que les meningites provoquées par la maladie. Jusqu’ici, ces méningites post-vaccinales ne semblent jamais laisser de séquelles, mais était-il vraiment nécessaire de prendre des risques ? En effet, le principal objectif des campagnes de vaccination contre les oreillons visait la prévention des orchites de l’adolescent ou de l’adulte et du risque de sterilité qui en résulte. Ce risque de stérilité est d’autant plus surévalué que l’orchite n’affecte en général qu’un seul testicule. Quelle que soit la réalité de ce risque pour les garçons, pourquoi vacciner les filles, si ce n’est pour faire plaisir aux laboratoires ? ...
(risque de maladie de CROHN, auto-immune : voir vaccins contre la rougeole)

POLIO
Prudence
Citation :
Alors que plus de 80% des enfants de la planète sont vaccinés, le nombre de cas de poliomyélite paralytique dans le monde a été divisé par dix, passant de 35 000 en 1988 à 3250 en 1999. La victoire annoncée sur la polio est-elle une victoire des vaccinations ? Elles ont joué un rôle incontestable dans son déclin, mais des ombres subsistent sur cette maladie récente et beaucoup moins répandue que d’autres, la tuberculose par exemple. Dans les pays industrialisés, ce n’est que dans les années 30 qu’ont débuté de véritables épidémies de polio paralytiques et elles avaient déjà commencé à refluer quand les vaccinations se sont répandues...
La courbe de mortalité par poliomyélite en Grande-Bretagne ne s'est pas infléchie depuis l'introduction du vaccin antipolio (courbe publiée dans le livre du Dr Woestelandt), bien au contraire. Ce vaccin, fabriqué à partir du rein de singe vert, est suspecté d'avoir favorisé la propagation du sida, sans que toutefois cela soit définitivement prouvé.


ROUGEOLE
Maladies Auto-Immunes
Citation :
Présenté comme bien toléré, le vaccin contre la rougeole entraîne une forme d’immunodepression. Une étude de la revue Science (n° 273, 1996, rapportée dans la revue française AIM n° 30, 1996) signale que c’est la raison pour laquelle la rougeole est la 1ère cause de mortalité infantile dans les pays en voie de développement. Elle agit comme cofacteur en favorisant d’autres infections qui sont les causes directes des décès.
MALADIES AUTO IMMUNES
Une équipe du Royal Free Hospital de Londres (Lancet 29/4/95) conclut que le vaccin contre la rougeole induit un risque de maladie de Crohn, maladie digestive grave d’origine auto-immune. L’augmentation de sa fréquence coïncide avec la généralisation de la vaccination contre la rougeole. Une autre étude de 1997 dans le Lancet confirmait un lien possible entre les vaccins contre la rougeole et les oreillons et la maladie de Crohn, ainsi qu’avec l’autisme.
La généralisation de la vaccination dans l’enfance a entraîné une forte diminution du nombre de cas de rougeole en France. Mais, la revue américaine JAMA, qui fait autorité, a signalé des épidémies de rougeole chez des populations d'enfants vaccinés à 94%. Ces nombreux cas de rougeole chez les vaccinés se produisent désormais à un âge où la maladie était moins fréquente autrefois : chez les nourrissons et à l’adolescence ou à l’âge adulte où les formes sévères sont les plus fréquentes.
Obnubilés par la volonté d’éradiquer à tout prix cette maladie, les pouvoirs publics recommandent depuis 1996 une seconde vaccination à 6 ans, pour tous les enfants, y compris ceux déjà vaccinés. Ce n’est pas un rappel, inutile d’un point de vue médical, mais d’une hypothèse statistisque selon laquelle on touchera au mieux ainsi les enfants non vaccinés, permettant d’élever la couverture vaccinale qui stagne à 84%. Admettant que ce rattrapage soit efficace, il permettra peut-être de diminuer les rougeoles à l’adolescence, mais pas à l’âge adulte.

On continuera ainsi à avoir des femmes non immunisées avec 2 conséquences graves :
- rougeole pendant une grossesse = risques d’avortement ou de malformation congénitale (cf. rubeole)
- Les jeunes mères vaccinées dans l’enfance seront dépourvues d’anticorps antirougeoleux et ne protègeront pas leur nourrisson, qui pourra contracter la rougeole à un âge où elle est plus dangereuse et alors que le vaccin ne peut pas les protéger (avant 12 mois, il est peu efficace voire même dangereux).

HEPATITES
Citation :
La gravité de l’hépatite augmente avec l’âge. L’hépatite A n’évolue jamais vers une forme chronique. Mais il y a chez l’adulte quelques cas d’hépatites fulminantes très graves. Il n’y a pas de traitement spécifique, seuls le repos et la diète sont recommandés. Selon Le Guide des vaccinations, les effets indésirables, locaux ou généraux sont faibles, principalement des réactions locales dues à l’adjuvant (hydroxyde d’aluminium : voir editobio). Le vaccin est contre-indiqué dans les infections fébriles sévères.
Le vaccin, lancé en 1992 avec grand tapage médiatique, s’est avéré mal dosé et pour l’adulte et pour l’enfant (revue Prescrire 11/95). En outre, on ne sait pas quelle est la durée de la protection apportée. Si les effets indésirables sont sans gravité, ils restent assez fréquents : entre 9% et 22% d'effets locaux (rougeur et douleur locale) et 5% à 20% d’effets généraux transitoires (maux de tête, fièvre, anorexie pendant un ou deux jours). Des chiffres un peu plus importants ont été constatés dans d’autres études plus récentes, réalisées lors de la mise au point des formes pédiatriques (revue Prescrire, 2/00)...

MENINGITE
Citation :
Inflammation des méninges (enveloppes du cerveau et de la moelle épinière), elle se traduit par de la fièvre, des convulsions, des maux de tête, des troubles moteurs et nerveux. Se déclarant brutalement et pouvant, en l’absence de traitement, entraîner des décès, les méningites font peur, et la presse ne se prive pas de l’utiliser, avec des informations imprécises, comme publicité pour les vaccins. Plusieurs microbes et virus sont à l’origine des méningites et toutes n’ont pas la même gravité : bacille de la tuberculose, virus des oreillons et d’autres causes peuvent en être responsables (insolation, par exemple)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coin-libre.forumzen.com
Rainbow
Administratrice


Nombre de messages : 143
Age : 46
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Mar 13 Déc à 11:06

(toujours la même source)

Par un acte antiphysiologique, on vaccine des enfants à un moment où ils sont immatures et pris en charge par l’immunite de la mère (outre des anticorps non specifiques, la mere transmet les anticorps des infections qu’elle a elle-même contractées pendant son enfance). Pour autant qu’elle n’ait pas été vaccinée : car une mère vaccinée pendant l’enfance risque de ne plus être immunisée à l’âge adulte contre des maladies telles que la rougeole, la rubeole, les oreillons ou la coqueluche.
MALADIES UTILES
Le système immunitaire franchit une première étape de son développement entre 18 et 24 mois. Il ne devient à peu près mature que vers 6-7 ans, tout en continuant à évoluer jusqu’à l’âge adulte. Les défenses naturelles sont entretenues par une alimentation équilibrée et une bonne hygiène. Vacciner trop tôt risque de bouleverser la mise en place de ces défenses. De nombreuses générations pensaient que les maladies de l’enfance étaient utiles. Lorsqu’un enfant surmonte une maladie par ses propres moyens, cela lui permet de développer son système immunitaire. Ces maladies peuvent l’aider à surmonter et parfois à guérir des crises d’asthme, d’eczéma ou des infections respiratoires, signale le Groupe médical suisse de réflexion sur les vaccins. Cet effet bénéfique était connu autrefois et l’infection artificielle par la rougeole était même utilisée jusque dans les années 1960 à la clinique universitaire de Bâle, comme traitement de certains troubles rénaux.

FIEVRE ANTIVIRUS
Des travaux anglo-saxons montrent que les femmes qui ont eu la rubéole pendant leur enfance sont moins exposées aux cancers de l’ovaire. En outre, tous les parents observent comment la maladie peut être une étape importante du développement physique ou psychologique d’un enfant. Même à l’âge adulte, elle peut avoir des aspects positifs. Pour les partisans d’une approche naturelle, la maladie infectieuse aiguë est une crise de désintoxication : l’organisme se nettoie pour mieux résister aux microbes. Mieux vaut favoriser le bon déroulement de cette crise plutôt que de le bloquer. La fièvre notamment a une fonction essentielle. On sait, grâce aux travaux sur le virus de la polio du Pr Lwoff, Nobel de médecine 1966, que c’est une excellente arme antivirus. Le Pr Lwoff a mis au point, en 1983, une machine à guérir le rhume qui repose sur l’insufflation d’air chaud (à 43°C) et humide, dans les narines pour y bloquer la multiplication des rhinovirus. Une redécouverte des traditionnelles inhalations.Une fièvre à 40° n’est pas redoutable, rappelle le Dr Robert S. Mendelsohn, pédiatre, dans son livre Des Enfants sains… même sans médecin (voir livres/ biblio fin de page).
voir developpez vos defenses immunitaires
EQUILIBRES ALIMENTAIRE ET PSYCHIQUE
Au-delà de 40,5°, dit-il, les fièvres proviennent d’un coup de chaleur ou d’un empoisonnement. Le Dr Mendelsohn rappelle que la quasi-totalité des convulsions, qui impressionnent par leur aspect spectaculaire, ne durent que quelques minutes (au-delà, il faut consulter un médecin) et ne laissent pas de séquelles. De simples précautions doivent être prises pour que l’enfant ne s’étouffe pas. La fièvre a une autre conséquence, à laquelle il est facile de remédier : la déshydratation (il faut donner à boire). Quand on redoute une fièvre qui paraît trop élevée, plutôt que d’utiliser un médicament qui la ferait brutalement tomber, mieux vaut donner un bain à 39° C que l’on refroidit progressivement à 38,5 ou 38°C. Lorsque la maladie a des conséquences sévères, c’est qu’elle touche un sujet en mauvaise santé, fatigué ou ayant une mauvaise hygiène de vie ou un système immunitaire défaillant. Plutôt que de chercher à s’opposer à la maladie, il est possible de renforcer les défenses, aussi bien à titre préventif qu’à titre curatif, par des moyens naturels. Une alimentation équilibrée est fondamentale. On en a la confirmation avec la rougeole, presque toujours bénigne dans les pays industrialisés, mais redoutable dans les pays pauvres, quand les enfants sont carencés. Une bonne hygiène physique et psychologique joue aussi un rôle indispensable.

On sait aujourd’hui l’effet du stress dans l’affaiblissement du système immunitaire. La relaxation, le yoga et les autres techniques orientales contribuent efficacement à son équilibre. Et les médecines complémentaires qui agissent sur le terrain aident à développer une immunité maximale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coin-libre.forumzen.com
bonav
moyen rêveur


Nombre de messages : 56
Localisation : belgique
Date d'inscription : 24/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Mer 14 Déc à 14:45

merci j'en apprend tout les jours grace e toi

je n'ai pas fais faire les rappel de vaccination aux gamins cette année!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonav.skyblog.com/
Maya
moyen rêveur


Nombre de messages : 57
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 19/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Ven 16 Déc à 1:49

J'en ai parlé à ma mère qui est médecin et pas pro-vaccination et selon elle les plus important sont Tétanos et DT-Polio.
Après le reste, ça dépend....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rainbow
Administratrice


Nombre de messages : 143
Age : 46
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Ven 16 Déc à 7:41

c'est aussi ce que dit mon pédiâtre

pourtant il semblerait qu'on n'attrappe pas "comme ça" le tétanos
et si on a une blessure grave, on vous fait d'office un rappel donc qq part le vaccin est peu utile

quant à la polio, il semblerait aussi que ça permettrait au virus de revenir sous d'autres formes à l'âge adulte, chez les personnes âgées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coin-libre.forumzen.com
unejuliette0
moyen rêveur


Nombre de messages : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Ven 16 Déc à 14:13

Dans le doute je n'ai rien fait aux filles a un moment je voulai sfaire tetanos et polio uniquement mais le vaccin n'existe plus sans diphtérie, alors je le fais pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rainbow
Administratrice


Nombre de messages : 143
Age : 46
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Lun 19 Déc à 10:52

perso je ne lui ferait bien QUE la polio le seul obligatoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coin-libre.forumzen.com
unejuliette0
moyen rêveur


Nombre de messages : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Mar 20 Déc à 1:45

Vous avez une politique vaccinale moins lourde en belgique c'est uen chance sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rainbow
Administratrice


Nombre de messages : 143
Age : 46
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Mer 21 Déc à 1:03

ce n'est pas évident
car pour le médecin
qui pourtant n'est pas hyper pro vaccin il dit

comparez le risque du vaccin avec celui de la maladie

je peux tout de même difficilement dire à un médecin "le tétanos ne s'attrappe pas si facilement, et la polio avait déjà commencé à diminuer avant l'intro du vaccin...

la coqueluche est surtout dangereuse avant trois mois en fait... et peut s'attrapper à plusieurs reprises dont je ne vois pas l'intérêt du vaccin quoi bon...

ça ne me dit pas grand chose, mais c'est difficile de dire ça au médecin

oui juliette l'obligation est moins lourde, il n'empèche que si j'avais dû mettre le petit en crèche j'aurais dû faire tous les vaccins, au moins tetravac, rgo...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coin-libre.forumzen.com
unejuliette0
moyen rêveur


Nombre de messages : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Jeu 22 Déc à 19:31

Oui, je comprends ton pb, j'ai le meme en fait mais maintenant pour moi c'est claire, le vaccin est dangereux et inutile, il ne protege pas, c'est une supercherie, donc je ne ferais pas qqchose de dangereux et inutile.
Si un medecin ne peut pas comprendre tant pis, c'est moi qui decide pas lui...
Enfin je dis ça mais aussi jusqu'a maintenant, j'en ai parlé a deux medecin, une qui a répondu "ok, mais je ne vous suit pas" et l'aure qui a essayer de discuter mais vaguement, sans rentré dans les details, juste "il faudrait au moins faire ceux qui sont obligatoire"...


Dernière édition par le Lun 26 Déc à 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rainbow
Administratrice


Nombre de messages : 143
Age : 46
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Dim 25 Déc à 21:05

je n'ai pas envie non plus qu'on me retire mon fils parce que je ne ferais pas le vaccin polio
à moins qu'il ne remplisse le certificat comme s'il l'avait fait, après tout, ils n'ont aucun moyen de vérifier
mais je ne suis pas sûre que ce médecin me suivra...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coin-libre.forumzen.com
unejuliette0
moyen rêveur


Nombre de messages : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Lun 26 Déc à 20:59

oui, trouver un medecin qui fait un faux certificat est une solution...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rainbow
Administratrice


Nombre de messages : 143
Age : 46
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Lun 26 Déc à 22:27

ça m'étonnerait que mon pédiatre fasse cela, vu que pour lui le tetravac est un vaccin important...
bon il propose de prendre en même temps tetravac en homéopathie, mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coin-libre.forumzen.com
Rainbow
Administratrice


Nombre de messages : 143
Age : 46
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   Dim 25 Fév à 10:43

Citation :
En tant que parents, vous pouvez décider d'accepter ou de rejeter les vaccins pour votre enfant, mais laissez-moi vous recommander, avant de le faire vacciner, de bien vous renseigner à propos des risques et des bénéfices du vaccin et de demander à votre pédiatre pourquoi il veut faire tel ou tel vaccin.
LES OREILLONS
Les oreillons sont une maladie à virus relativement bénigne dont on souffre habituellement pendant l'enfance et qui cause un gonflement d'une glande ou de deux glandes salivaires (parotides) localisées de chaque côté, entre l'oreille et la joue. Les symptômes typiques sont une fièvre modérée, une perte d'appétit et des dou1eurs à la tête et au dos. D'habitude, le gonflement de la glande commence à diminuer après deux ou trois jours et disparaît le sixième ou le septième jour. Parfois, une des glandes gonfle d'abord, suivie de la seconde, jusqu'à dix ou douze jours plus tard. Cette infection confère une immunité qui dure toute la vie.
Les oreillons ne requièrent pas de traitement médical; si votre enfant est malade, essayez de le garder au lit deux ou trois jours avec une diète légère et beau-coup de boissons et utilisez des compresses glacées pour diminuer le gonflement. En cas de maux de tête sévères, donnez de petites quantités de whisky ou d'acétaminophène : dix gouttes de whisky pour un petit bébé et jusqu'à une demi-cuillère à thé pour un grand enfant. On peut répéter la dose après une heure, une ou deux fois si nécessaire.
La plupart des enfants reçoivent un vaccin combiné contre les oreillons, la rougeole et la rubéole (MMR (Appellation américaine: MMR, pour Mumps (oreillons), Measles (rougeole) et Rubella (rubéole). (N.d.T.)), et cela vers l'âge de quinze mois. Les pédiatres défendent ce vaccin en arguant que les oreillons peuvent être contractés pendant la vie adulte si l'immunité n'est pas acquise pendant l'enfance (où la maladie est peu grave). Il Y a alors une possibilité que les hommes adultes fassent une orchite, qui est une atteinte du testicule pouvant, dans des cas très rares, causer une stérilité.
Si la stérilité totale était une menace réelle et si le vaccin contre les oreillons protégeait vraiment les adultes contre cette éventualité, je serais parmi les partisans de ce vaccin. Ce n'est pas le cas, car ces arguments n'ont pas de sens. L'orchite ne cause que rarement la stérilité et il reste toujours l'autre testicule dont la production de sperme pourrait repeupler le monde entier. De plus, personne ne sait si le vaccin contre les oreillons confère une immunité jusqu'à la vie adulte. On ne sait donc pas si un enfant vacciné contre les oreillons à quinze mois et qui ne fera donc pas cette maladie pendant son enfance, ne risque pas de la faire dans sa vie d'adulte avec des conséquences plus sérieuses.
Les pédiatres n'en parlent pas, mais les effets secondaires du vaccin des oreillons peuvent être graves:
réactions allergiques ou troubles du système nerveux central, avec des accès de fièvre, une surdité unilatérale ou une encéphalite. Il est vrai que ces risques sont très rares, mais pourquoi exposer votre enfant à un risque, si petit soit-il, pour lui éviter une maladie d'enfance sans aucun danger?
LA ROUGEOLE
C'est une maladie virale contagieuse qui peut être contractée par simple contact avec un objet infecté. Au début, elle se manifeste par de la fatigue, une légère température et des douleurs dans la tête et dans le dos. Les yeux sont rouges et sensibles à la lumière, la fièvre ne s'élève qu'après trois ou quatre jours. On voit parfois de petits points blancs à l'intérieur de la bouche et une éruption de petites taches roses débutant derrière les oreilles. En trente-six heures environ, cette éruption couvre le corps et disparaît après trois ou quatre jours. La rougeole est contagieuse pendant sept ou huit jours et déjà trois ou quatre jours avant que l'éruption n'apparaisse. En conséquence, si l'un de vos enfants a la rougeole, les autres y ont été probablement déjà exposés sans que vous le sachiez.
La rougeole ne requiert aucun traitement autre que le repos au lit, l'absorption de liquides pour combattre la déshydratation possible due à la fièvre et des bains adoucissants contre les démangeaisons. Si votre enfant souffre de la lumière, tirez les rideaux de sa chambre. Il n'est pas vrai que votre enfant risque de devenir aveugle.
Le vaccin MMR contient un vaccin antirougeole. Les médecins pensent que ce vaccin est nécessaire pour prévenir l'encéphalite qui, disent-ils, frappe un enfant sur mille en cas de rougeole. Après des années d'expérience, je ne crois pas à cette statistique et je ne suis pas le seul pédiatre dans ce cas. II est possible que cette fréquence soit vraie pour des enfants qui vivent dans des conditions de pauvreté et de malnutrition. mais. dans les classes moyennes. si l'on exclut la simple somnolence due à la rougeole. l'incidence d'encéphalite réelle est probablement plutôt de 1/10.000 ou de 1/100.000.
Après vous avoir effrayé avec ce risque d'encéphalite. le médecin peut difficilement vous parler des dangers associés au vaccin. Le vaccin lui-même peut également entraîner une encéphalite et d'autres complications telles qu'une panencéphalite sclérosante (toujours fatale). une méningite aseptique, une hémiparésie (paralysie d'une moitié du corps), ainsi que d'autres troubles graves du système nerveux central: ataxie, retard mental, épilepsie ou même sclérose en plaques. On peut observer aussi une nécrolyse épidermique toxique. un syndrome de Guillain-Barré, des troubles de la coagulation du sang, un diabète juvénile et l'on soupçonne une incidence sur la maladie de Hodgkin et le cancer...
Pour moi, les risques associés au vaccin antirougeole le rendent inacceptable, même si on pouvait me prouver qu'il agit. Or il n'agit pas. La fréquence de la maladie a diminué bien avant qu'il ne soit introduit. En 1958, il Y avait environ 800.000 cas de rougeole aux Etats-Unis et en 1962 (année précédant l'introduction du vaccin) le nombre de cas tombait à 3000. Pendant les quatre années suivantes, alors que les enfants étaient vaccinés avec un produit à présent jugé inefficace et qui a été abandonné, le nombre des cas diminua encore. En 1900, il Y avait 13,3 cas de mort par rougeole pour 100.000 habitants. En 1955, avant que ne soit administré le premier vaccin antirougeole, la mortalité avait diminué de 97,7% pour n'atteindre plus que 0,03 mort par 100.000. Ces chiffres prouvent que la rougeole disparaissait avant l'introduction du vaccin.
Dans une étude conduite en 1978 dans trente États, on s'aperçut que la moitié seulement des enfants atteints de rougeole avaient été vaccinés de façon correcte. Il semble même, d'après l'Organisation mondiale de la santé, que le risque de contracter la rougeole soit quinze fois plus grand chez les vaccinés que chez les non-vaccinés!
Dans ces conditions, comment est-il possible que les médecins continuent à vacciner? La réponse se trouve peut-être dans cette anecdote qui se passe en Californie, quatorze ans après l'introduction du vaccin contre la rougeole. Los Angeles subissait une grave épidémie de rougeole cette année-là et on persuadait les parents d'enfants âgés de six mois ou plus de les vacciner, malgré l'avis du service de santé publique selon lequel vacciner un enfant de moins d'un an était inutile et probablement dangereux. La plupart des médecins vaccinèrent tous les enfants qui leur tombaient sous la main, mais quelques praticiens refusèrent de vacciner leur propres enfants. Ces médecins savaient que les virus lents qui se trouvent dans tous les vaccins vivants, et particulièrement dans le vaccin de la rougeole, peuvent se cacher dans l'organisme pendant des années et se manifester plus tard sous forme d'encéphalite, de sclérose en plaques et même de cancer. Cependant, la connaissance de ces conséquences graves n'empêchent pas ces-médecins de vacciner leur patients. L'un d'eux dit même:« En tant que parent, je peux me payer le luxe de faire un choix pour mon enfant. En tant que médecin, légalement et professionnellement, je dois appliquer les recommandations de la profession. »
Il est peut-être temps que tous les parents et leurs enfants jouissent du même« privilège» que les médecins pour leurs propres enfants.
LA RUBEOLE
La rubéole est une maladie bénigne qui ne requiert aucun traitement médical. Au début, l'enfant a un peu de fièvre et une discrète angine, puis une éruption apparaît sur le visage et le crâne, pour s'étendre sur les bras et le corps. Les petites taches rouges de l'éruption restent séparées les unes des autres (le contraire de ce qui se passe dans la rougeole) et disparaissent en deux ou trois jours. Le traitement consiste en repos et absorption de liquide.
Le seul danger de la rubéole concerne le fœtus, si une femme contracte cette maladie pendant le premier trimestre de sa grossesse. On exploite ce risque pour justifier la vaccination de tous les enfants, garçons et filles, avec ce fameux vaccin MMR. Les mérites de ce vaccin sont discutables pour les raisons déjà exposées pour le vaccin anti-oreillons. Il n'y a aucune nécessité de protéger les enfants contre cette maladie sans gravité et les effets secondaires de ce vaccin ne sont pas acceptables: arthrites, douleurs articulaires et polynévrites (inflammation des nerfs périphériques). Ces troubles sont généralement passagers, mais peuvent parfois durer plusieurs mois. Ils peuvent parfois se manifester deux mois après la vaccination et il est ainsi difficile de vérifier qu'ils sont réellement des effets secondaires du vaccin.
Le plus grand danger de la vaccination: priver les femmes enceintes de la possibilité d'une protection naturelle contre la maladie. L'immunisation des femmes dans l'enfance peut, en fait, augmenter leur risque de contracter la maladie lorsqu'elles sont en âge de procréer. Ce souci est partagé par de nombreux médecins. Au Connecticut, un groupe de médecins, dont deux éminents épidémiologistes, ont réussi à faire rayer la rubéole de la liste des vaccinations obligatoires,
De plus en plus d'études montrent que de nombreuses femmes immunisées contre la rubéole dans leur enfance n'ont pas d'immunité sanguine au moment de l'adolescence. D'autres tests ont montré ce défaut d'immunité après les vaccins MMR. Il ne semble donc pas que l'immunité acquise par le vaccin soit aussi bonne qu'après la maladie. Avant l'époque où le vaccin de la rubéole était administré, 85% des adultes étaient naturellement immunisés contre la maladie.
Aujourd'hui, à 'cause de la vaccination, la grande majorité des femmes ne peuvent acquérir cette immunité naturelle. Il semble que les médecins eux-mêmes aient peur du vaccin car, selon une enquête récente, 90% des gynécologues, pourtant en contact quotidien avec les femmes enceintes, refusèrent d'être vaccinés. Si les médecins eux-mêmes ont peur des vaccins, pourquoi donc la loi exigerait-elle que les parents fassent vacciner leurs enfants?
Citation :
Les parents devraient être en droit d'exiger que les tests subis par leurs enfants donnent des résultats indiscutables, ce qui n'est absolument pas le cas du test cutané à la tuberculine (cuti-réaction). Même l'Académie américaine de pédiatrie, qui ne désapprouve que très rarement les actes médicaux de routine, a publié un communiqué qui critique ce test :

« Diverses études récentes ont jeté un doute sur la sensibilité de plusieurs tests de dépistage pour la tuberculose. Un comité du Bureau de biologie a même recommandé aux fabricants que chaque lot soit testé sur 50 patients séropositifs connus pour s'assurer que les préparations sont assez puissantes pour identifier toute personne atteinte de tuberculose active. Cependant l'interprétation de ces tests est difficile, soit que les études n'aient pas été menées selon la technique d'échantillonnage en double aveugle, soit que plusieurs tests aient été administrés de façon simultanée (pouvant alors se neutraliser). »

Le communiqué conclut: « Les tests à la tuberculine ne sont pas parfaits et les médecins doivent envisager la possibilité de réactions faussement négatives aussi bien que faussement positives! »

Cela signifie que votre enfant peut être tuberculeux, même si son test est négatif, ou bien qu'il peut ne pas être malade, alors que son test indique qu'il devrait l'être. Les conséquences en sont très graves, car votre enfant sera certainement exposé à de nombreuses irradiations pour examiner ses poumons et les médecins peuvent même le soumettre pendant des mois, voire des années, à un traitement relativement dangereux comme l'isoniazide. Même l'Association médicale américaine a reconnu qu'on avait prescrit sans discernement trop d'isoniazide, ce qui est dommageable en raison de ses nombreux effets secondaires au niveau du système nerveux, du tube digestif, du sang, de la moelle osseuse, de la peau et des glandes endocrines. De plus, votre enfant peut devenir un paria dans votre quartier à cause de la peur persistante de cette maladie infectieuse.

Je suis convaincu que les conséquences d'un test positif à la tuberculine sont plus dangereuses que la maladie. Les parents devraient, selon moi, refuser le test, sauf si leur enfant a été en contact avec un malade tuberculeux.

sources : c'est un copié collé trouvé sur un forum, je ne connais pas la source exacte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coin-libre.forumzen.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vaccination, Dangers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vaccination, Dangers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la vaccination vous êtes "pour" ou "contre" ?
» Cherche homéopathe anti-vaccination dans le 93
» Vaccination
» Les dangers d'une activité sportive
» Les symboles de dangers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Coin prêt de chez vous :: Archives-
Sauter vers: